Monopsone #16 : PERE UBU « COED JAIL! TOUR »
Posté par L'Excelsior le 7 avril 2016 – 12 h 35 min

Billetterie en ligne

Attention : en l’absence de 1ère partie, le concert de Pere Ubu démarrera à 20h30

SOIREEINDEPENDANTE16 de MONOPSONE 

PERE UBU

COED JAIL! TOUR

A concert of songs from 1975-1982

visuel

Après Peter Hook (Joy Division, New Order), LesSoiréesIndépendantes poursuivent leur exploration résolue des légendes du rock avec la réception de l’un des groupes les plus influents, cinglés et prestigieux du continent américain : PERE UBU. Le pape de l’avant-garde rock, David Thomas, rivalise avec Mark E. Smith (The Fall) en termes de longévité et de subversion tranquilles. « On ne doit pas provoquer le chaos, déclare-t-il à l’entame de cette nouvelle tournée, juste l’entretenir. » Tout un programme.

PERE UBU

En quarante ans d’activisme indépendant et une quinzaine d’albums studio, les PERE UBU de David Thomas ont su garder une forme éblouissante et prolonger la grande entreprise révolutionnaire, débutée à Cleveland en 1975, sur les cendres de Rocket From The Tombs, le premier groupe de leur leader. Après un dernier album, Carnival of Souls, salué unanimement par la critique, et avant de rebondir en studio, PERE UBU s’offre une tournée historique, avec seulement deux dates françaises, pour soutenir la sortie d’un coffret regroupant trois de leurs albums les plus anciens. Le Coed Jail ! tour, ni best-of, ni parade de dinosaures, est l’occasion de parcourir, en deux heures de spectacle, la carrière fascinante de ce groupe hors norme. Le guitariste Tom Herman a ainsi retenu 4 chansons dans chacun des 5 premiers albums du groupe, sortis entre 1975 et 1982, qui constitueront l’ossature du concert. Gageons que Non-Alignment Pact, Navyy, A Small Dark Cloud et Stormy Weather seront de la sélection.

Entre Modern Dance, Dub Housing ou Song of The Bailing Man, les sept premières années d’existence du PERE UBU sont parmi les plus passionnantes et incroyables que le rock américain ait inventées. Ces albums imposent PERE UBU au sommet de la pyramide créative et en font une influence décisive pour des groupes comme Joy Division, REM, Sonic Youth ou plus près de nous Interpol. A la fois new wave, avant-garage (comme ils se définissent eux-mêmes en plaisantant), post-punk et jazz, le groupe de David Thomas se caractérise par son extrême originalité : les musiciens sont des virtuoses de la distorsion et de l’improvisation, aussi habiles et professionnels que de vieux routiers jazz. Leur chanteur à la voix haut perchée (« James Stewart emprisonné dans un hautbois », selon le critique Greil Marcus) raconte ou marmonne des histoires où l’on croise des appels à la subversion, des poissons, des femmes fatales et des segments d’Histoire.

Avec PERE UBU, c’est l’Amérique surréaliste et poétique des freaks, des campagnes et de la terreur intime qui se raconte, souvent très mélodique mais aussi torturée, hantée par des visions apocalyptiques et des fantômes familiers. Sur scène, l’expérience du Pere Ubu n’a pas d’équivalent connu. Historiens, explorateurs dans l’âme et curieux bienvenus !

Derniers albums :

Carnival of Souls (2014)

Architecture of Language – coffret 4 LP (mars 2016)

http://www.ubuprojex.com/

http://www.ubudance.com/

 

Rubrique  

Ajoutez votre commentaire

Vous devez être connecté pour poster, enregistrez-vous.